Crash Yeménia: 2 ans plus tard, par Daniel Goldberg

CRASH AIRBUS A310 YEMANIA: 2 ANS D'ENQUETE PLUS TARD

Par Daniel Goldberg, député de Seine Saint Denis

Le 29 Juin 2011

 

Accident aérien de la Yéménia Airways: 2 ans après il est injustifiable que le rapport d'enquête ne soit toujours pas publié

 

 

La Cérémonie en mémoire des Victimes  Le 30 juin 2009, un drame aérien endeuillait la France et les Comores faisant 152 victimes. Deux ans plus tard, en l’absence de la publication du rapport d’enquête, la recherche de la vérité concernant cette catastrophe est suspendue. Cette situation inexplicable porte un grave préjudice aux familles des victimes qui ne peuvent faire totalement leur deuil. Par ailleurs, elle ne permet pas le versement de l’ensemble des indemnités auxquelles elles ont droit. Cela participe également au sentiment d’une différence de traitement de ce drame, en comparaison d’autres catastrophes aériennes.

Aussi, j’ai interpellé le même jour, le 30 mai dernier, les autorités française et comorienne afin d’obtenir leur mobilisation entière sur ce sujet. Au nom du gouvernement français, Alain Juppé m’a répondu en jugeant cette « situation tout à fait anormale et choquante ». Je sais que le Président de l’Union des Comores, Ikiliou Dhoinine, s’est engagé personnellement sur ce sujet depuis son entrée en fonction, en mai dernier.

 

Aujourd’hui, j’en appelle à ce que chacun prenne entièrement ses responsabilités, au nom des disparus et de leurs familles. Nous ne pouvons pas attendre une année de plus. Les enseignements de ce drame doivent maintenant pouvoir être exploités.

En effet, la question d’une desserte aérienne des Comores plus sûre et de qualité à partir de Paris et de Marseille existait avant cette catastrophe. Elle demeure d’autant plus d’actualité aujourd’hui, alors que des milliers de nos compatriotes franco-comoriens s’apprêtent à faire le voyage, en ce début des vacances scolaires, concomitantes cette année au mois du ramadan, deux moments habituellement propices à ces déplacements. Le Groupe d’amitié France – Union des Comores de l’Assemblée nationale défend depuis la proposition d’une liaison directe tripartite à partir de Paris et Marseille, vers Moroni, puis Dzaoudzi (Mayotte), qui seule permettrait d’engager le développement économique régional partagé entre les quatre îles de l’archipel. Nous souhaitons là aussi que les autorités des deux pays fassent œuvre utile afin que celle-ci voit le jour prochainement.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×