Epidémie de paludisme

L'épidémie de paludisme s'accentue

 

Santé-Epidémie de paludisme - En un an, le paludisme a fait 53 victimes, dont 51 en Grande-Comore et le reste à Anjouan, tandis que l’île de Mohéli, quant à elle, n’a enregistré aucun mort de cette épidémie, entre mars  2010 et avril 2011, d’après le rapport annuel du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) qui vient d’être publié à Moroni. Le rapport indique 103.670 cas cliniques relevés cette année dont 76.060 en Grande-Comore, l’île la plus étendue de l’archipel des Comores, suivie d’Anjouan avec plus de 24.250 cas et seulement environ 3.350 à Mohéli, la plus petite île de l’Union des Comores.

Au PNLP, on s’étonne de la hausse du nombre des cas cliniques, comparé à l’année dernière durant laquelle 57.084 cas seulement avaient été recensés sur tout le territoire.

« Les données précédentes ne sont pas fiables. Cette fois-ci l’enquête a été sérieuse et toutes les structures étaient impliquées; on y avait mis tous les moyens pour que la collecte des données soit correcte et crédible », a déclaré
Dr Timothé Guilavogui, médecin épidémiologiste et responsable du service entomologie. 

D’après lui, la distribution des moustiquaires imprégnées et la gratuité du coartem, la molécule anti-palustre actuellement utilisées aux Comores, devraient logiquement contribuer à réduire le nombre de cas de cette maladie.

La part de morbidité palustre actuelle est de 36% à l’échelle nationale, contre 41% en 2007 et 50% en 2004.

Entre mars 2010 et avril 2011, 22.639 cas de paludisme grave ont été enregistrés sur les trois îles  que constitue l’Union des Comores dont 41% (soit 90.240 cas) concernent des enfants de moins de 5 ans, avec  un taux record de 81% de ces enfants en Grande-Comore, d’après les services du PNLP.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site