Msindanu

 

Le m'sindanu en Grand comorien ou m'sindzano en mahoré ou masque de beauté, est une parure cosmétique traditionnelle portée par les femmes de certaines cultures est-africaines comme les femmes aux Comores ou au Mozambique. Ce masque, constitué d'une pâte à base de santal, est porté en public. S'il est, comme pour les masques de beauté vendu en Occident, destiné à améliorer l'état de l'épiderme, il est également destiné à protéger la peau lors des activités journalières comme la cuisine ou les travaux agricoles. De surcroit, il est considéré comme un cosmétique

 

Comment se prépare le msindanu ?
Simplement à partir d'une pierre de corail spéciale bien taillée suivant la forme désirée (ronde, carré, rectangulaire,...) et un morceau de bois de santal. Pour obtenir la pâte, il suffit de verser un peu d'eau sur la pierre et frotter le bois suivant des mouvements circulaires des deux mains. Le travail peut durer 2 à 5 minutes et ceci par rapport à la quantité voulue. Le msindanu s'obtient sous forme de pâte applicable sur toutes les paries du corps.
à part entière
.

A quel moment peut on se servir du msindanu ?
Les femmes peuvent appliquer le masque tout au long de la joumée et dans la soirée jusqu'au coucher, et ne risquent rien si elles le gardent jusqu'au lendemain.
Elles le mettent principalement lors des activités où elles sont exposées au soleil, à la cuisine, au cours des grandes préparations des repas collectifs et dans les manifestations publiques où elles prennent part activement.
Après l'accouchement, la femme est contrainte de ne plus sortir pendant 40 jours. Et au cours de cette période, elle applique le msindanu tout au long du corps pour lutter contre la déformation de la peau et pour que la maman ait une allure juvénile. Sans doute, à sa sortie elle rajeunit et devient très belle à faire envier tous les hommes. En général ce sont des vielles femmes qui assurent cette tradition.

En période de forte Chaleur, on l'applique aussi aux nouveaux - nés pour leur apporter de la fraîcheur.
Dans les îles Comores, le masque se prépare de la même façon avec quelques petites différences particulières à chaque île. A Anjouan et Mayotte, on ajoute à la préparation d'autres produits tels que du safran, du tamtam, des feuilles de yina ou de jasmin pour rendre le msindanu plus agréable pour la vue comme l'odorat
Suivant les îles, le masque se prépare selon une façon particulière qui distingue directement l'origine de la dame qui l'a mis ; à la grande Comore, le masque s'étend sur le visage sous forme de pâte et dans les autres îles, les femmes font des petits dessins autour desquels des pointillés remplissent les parties vides.
Cette façon de se déguiser qui n'est pas dans les habitudes quotidiennes rajoute un aspect particulier ors aux manifestations publiques.
Le msindanu devient un mythe chez les femmes à Mayotte . Peut être parce que la chaleur est plus intense mais aussi pour se protéger contre la poussière en période de sécheresse.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×